N’attendez pas d’avoir un dégât des eaux, procédez au curage de vos canalisations

Copropriétés, bâilleurs, propriétaires de bâtiments : Les canalisations s’encrassent et finissent par se boucher au fur et à mesure du passage des déchets. Le risque de dégorgement est important. Les déchets accumulés dans vos canalisations vont libérer un gaz toxique qui fragilise les canalisations et peuvent conduire à une rupture du conduit.

N’attendez pas d’avoir un dégât des eaux, procédez au curage de vos canalisations.

Quelles sont les canalisations concernées ?

Le réseau de canalisations en charge d’évacuer les eaux usées qui va jusqu’au tout-à-l’égout. Mais sachez que les gouttières doivent aussi faire l’objet d’un curage, bien qu’elles ne fassent pas partie de l’assainissement collectif.

Le nettoyage des canalisations peut se faire de 2 manières : à l’aide d’un jet sous pression, ou avec un produit spécifique.

On insère une caméra dans la canalisation afin d’avoir une vue précise de l’encrassement et de l’état du tuyau. Ensuite, on procède au nettoyage à l’aide d’un jet haute pression. Le débouchage se fait à l’aide d’une buse dont la tête dépend du type d’engorgement : rotative radiale pour canalisations entartrées, rotative semi-radiale en cas de bouchon, ou à chaînes pour éliminer les résidus.

Le curage biologique se fait aussi en deux étapes. Premièrement, on effectue un prétraitement en versant une solution d’azote et de phosphore dans la canalisation. Ensuite, on introduit des bactéries dans le tuyau. Ces dernières, sous l’effet de la solution chimique, vont attaquer les bactéries qui se trouvent sur les parois du tuyau.

Le curage biologique est une alternative au curage technique si la canalisation est fragile, ou si l’engorgement est trop important. On évite ainsi le jet haute pression qui risque d’endommager les parois des canalisations ou une remontée d’eau trop brutale.

Le curage est à la charge du locataire, de la copropriété, du bâilleur ou du propriétaire. Le partage des responsabilités est détaillé dans le décret du 26 août 1987 .